Berubara Gaïden

ベルサイユのばら外伝

 

Versailles no Bara Gaïden

 

On appelle Gaïden les histoires autour de la Rose de Versailles sorties plus tard par Ikeda. Ikeda décide de faire revivre nos héros dans des aventures inédites. André  a les cheveux courts et voit de ses deux yeux. Toutes ces histoires mettent aussi en scène un nouveau personnage :  Loulou de la Rolancy, petite fille espiègle fille d'une des sœurs d'Oscar, Hortense. Très maligne et intelligent epour son âge, la petite Loulou va vicre des aventures extraordinaires.

Il y a 5 histoires qualifiées de Gaïden : La Comtesse en noir, Loulou et la poupée qui l'accompagne, Le fils de Général de Jarjayes, Le pirate Turc et la religieuse et enfin L'elixir du diable. La comtesse en noir est publiée dans la version française, à la suite directe du manga Originel. Les autres histoires sont dans un volume à part, le tome 3.

La première histoire, La Comtesse en noir, date de 1974. Quelques semaines après la fin de la parution de la Rose de Versailles, le magazine Margaret a publié cette première histoire. Elle se situe durant les incidents avec le Masque Noir, et est inspirée dans la légende de la comtesse Erzsébet Bathori de Hongrie, qui a torturé et a assassiné beaucoup de jeunes à la fin du XVIe siècle.

En juin 1984, le mensuel Jam initie la publication de nouveaux travaux de Riyoko Ikeda basés sur La Rose de Versailles sous le titre principal, encore une fois, de "Berusaiyu Non Bara Gaiden" (La Rose de Versailles : Les Anecdotes), lesquelles seraient situées, tel et comme il(elle) l'a fait dans le premier Gaiden, durant les incidents avec le "Chevalier Noir". A cette époque, le style artistique d'Ikeda avait beaucoup évolué par rapport à ses oeuvres antérieures, et l'on remarque une différence notoire entre le style original et ce nouveau travail, caractérisé par des dessins plus précis mais aussi des visages beaucoup plus carrés et moins gracieux, mais aussi des tenus historiquement plus justes. Bien que ce travail impressionne par le détail graphique (mieux exploité que dans l'oeuvre originale), son contenu narratif peut être un sujet de discussion (la motivation commerciale qui a poussé à la création de ce travail), et du coup le manque d'intérêt des lecteurs à repoussé la fin de l'édition à avril 1985.

(traduit de l'espagnol depuis l'article très doccumenté du site de Yue Chan)

 

 

Lo 8 t 3 

 

 

Couvertures du Gaïden

 

Gaidenp1  Versaille no bara gaiden bunko 00 shueisha   Edc8e91f0c5d32dce5eb73a5e8e14fbf1 cover    8cd8b3ef864d2b1e31acbaf221356a31 cover  

 31145200  Img470086529189  Images

 

 

Illustrations Artbooks

 

 

     

        

   

     

       

 

8 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Commentaires (2)

1. Mona 02/01/2010

La petite Loulou est trop rigolote et mimi: une vraie pile électrique!
Avant de lire le tome 3 (juste les 2 premières histoires), je m'étais dit que l'auteur voulait nous montrer comment aurait été Oscar si elle avait été élevée en fille : espiègle, intrépide, téméraire, perspicace (un vrai petit détective!)... Mais non en fait.
Au début, j'ai eu du mal avec les dessins : rien à voir avec les premiers. Oscar a une allure beaucoup moins féminine, ce qui colle bien avec le personnage finalement.
Et puis on voit (dans l'histoire du petit frère) qu'Oscar aurait été soulagée de ne plus assumer ce rôle "d'héritier" des Jarjayes. Elle dit "il ne serait plus nécessaire pour moi de porter cet uniforme militaire". Nécessité = contrainte dans son cas...
Ben oui je pense comme la grand-mère d'André!
Bon je m'arrête là

2. Marine (site web) 07/07/2009

je connaissais pas les premières illustrations où alors j'ai mauvaise mémoire

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×