LES HISTOIRES - LILLIE CHARLOTTE

 


L'album en écoute avec un diaporama des pages du livre pour accompagner votre lecture...

 

Cette histoire qui commence maintenant reflète sa personne entière. Une fleur qui porte le sens de la fragilité et la précision, son nom : LAREINE. Pourquoi, cet hiver, le dernier jour de neige, m’a t’il paru si long ? Les souvenirs de la moissonnée fondent fugitivement à la venue du printemps. Larmes...les larmes de neige éveillent le rêve du bois profond. Boutons de fleur, le printemps a fait éclore un bouton de fleur qui n’a pas connu la douleur. Une fleur nouvelle, qui n’a encore vu personne... 

Les bords du ciel commençaient à se teinter de légères nuances cramoisies. Les minutes passant le crépuscule se dessinait. C'était ce qui commençait à inquiéter la fille qui marchait seule le long d'un chemin au cœur des bois.

Son nom était Lillie Charlotte. Elle était à l'âge délicat où l'on sortait de l'innocence de l'enfance et où l'ont devenait une femme. Elle n'était pas spécialement belle mais ses longs cheveux étaient parfaitement droits et lisses, comme la mince ligne de son dos et si elle devait être décrite par un seul mot se serait : gracieuse. Pourtant, dans ses grands yeux vert émeraude, une ombre planait depuis toujours.

Cependant, la décision Lillie de se rendre dans cette forêt n'était pas liée à ces bouleversements. Elle avait, caché dans son cœur, un sentiment très profond et c'était pour le garder éternellement qu'elle était partie.
Au cœur de la forêt se trouvait un endroit particulier… « Le Lac de Réminiscence » et seul ceux qui ont été choisis peuvent y accéder – et c'est là qu'elle avait décidé d'aller.

Évidement le voyage solitaire de Lillie avait commencé pour une bonne raison. Ce n'était pas pour déserter, et sans doute aussi par désespoir qu'elle était partie et pourtant à présent elle portait une grande espérance en elle.

Le commencement de tout cela était dû à une folle attirance. Nous allons ouvrir le rideau de ce conte à une époque où Lillie avait des sentiments pour un certain jeune homme…

Le nom de ce jeune homme était Jérémie Florence de Jarger. Il avait de longs cheveux blonds ondulés qu'il portait lâchés jusqu'à la taille, et ses yeux avaient la couleur des saphirs – c'était cette apparence magnifique et élégante qui attirait l'attention des autres. Que le coeur de Lillie se soit enflammé dès le premier regard était entièrement naturel.

Si il avait été ensorcelé par Lillie, ce conte s'installerai dans une histoire d'amour classique...

Hélas, Jérémie avait en vue une autre femme que Lillie. Si Lillie avait eu le courage de lui avouer ses sentiments, l'histoire se serait déroulée différemment. Hors il en était ainsi, elle n'avait eu aucun désir de lui dire, elle était juste heureuse de le contempler en espérant que Jérémie ferai peut être attention à elle.

Puisque les choses étaient ainsi, pourquoi Lillie as t'elle cessé de le regarder pour se lancer dans on périple ? La réponse se trouve simplement dans l'âme pure et entière de Lillie.

Son attirance pour lui c'était assez vite transformée en amour. Troublée, elle voulut éviter ses émotions devenues plus sérieuses et qui se trouvaient gâtées par la jalousie.
ContemplerJérémie subjugué par une autre qu'elle était comme essayer d'avaler une gaufrette de bonheur dans la peine et l'agonie. Cette mélancolie en petite dose n'était pas une mauvaise chose mais elle s''était accumulée sans qu'elle ne s'en rende compte et la jalousie était née dans son cœur. La jalousie déforme l'esprit et tache ce qui doit être pur. Pour Lillie c'était insupportable. Elle décida donc que, pour conserver cet amour, elle n'allait plus se contenter le contempler, elle voulait protéger les sentiments qu'elle avait eu pour Jérémie.

Cette résolution marqua un tournant dans la manière de vivre de Lillie. Jusqu'ici, on ne lui avait montré aucune pitié, depuis son plus jeune âge son existence avait été pleine de malheurs. La souffrance, la peine et la tristesse étaient liées, des mots comme la fatalité et la destinée étaient infiniment ancrés dans son cœur. Même si elle s'accrochait à ses rêves, elle ne faisait jamais rien pour les réaliser, elle se laissait simplement porter par le courant. Elle pensait qu'il en serait ainsi jusqu'à sa mort.

Voilà que son amour pour Jérémie a provoqué chez elle un changement. En l'aimant, elle était devenue plus forte et avait acquis la force de faire face à ce qui était dans son cœur. Elle se dégagea du sentiment de vouloir rester aux côtés de Jérémie, car c'était douloureux.
L'amour est resté dans le cœur de Lillie et elle était remplie d'énergie en marchant le long de ce chemin inconnu.

Aujourd'hui, elle n'avait rien à perdre. Pour protéger son amour, plus précieux que tout autre chose, elle se rendait à un endroit auquel elle espérait depuis l'enfance et elle estimait pouvoir passer à travers n'importe quel mur.

Elle oubliait l'inquiétude et la fatigue et s'enfonçait plus loin dans la forêt dense qui s'approfondissait avec l'arrivée du crépuscule. J'imagine qu'après tant d'efforts, Lillie a pu atteindre sa destination…
… l'endroit, où seuls ceux qui avaient été choisis pouvaient entrer – dans le Lac de Réminiscence.

 

 

 

 

https://c1.staticflickr.com/5/4410/36486527954_ae7da6c9d8_o.png

Le jeune homme que Lillie aimait était certes amoureux d'une autre personne mais ses sentiments étaient à sens unique. Pourtant, il n'avait pas sombré dans le désespoir grâce au soutient d'une personne particulière. C'était Lillie, qui le soutenait toujours de son regard chaleureux.

Il avait juste mis trop de temps à le réaliser. Il était déjà trop tard quand il comprit ce que Lillie pouvait ressentir. Lillie avait disparu. C'était comme si le fardeau de la déception et du désespoir c'était abattu en même temps sur eux...

La rencontre fortuite de Jérémie et Lillie était un acte cruel du destin. Jérémie voulu rattraper ce retard, instinctivement il se mis à la recherche de Lillie. Il n'avait aucun indice, alors il compta sur son sixième sens qui sentait les mouvements des émotions fortes et par le parfum de Lillie porté par le vent…
Autrement dit il poursuivait toutes les indications qui pouvaient la guider vers elle. « Pourquoi n'ai-je pas réalisé avant ? », murmura t'il. Jérémie semblait écrasé par ses regrets.

Comment Lillie se sentait elle maintenant ? Pourquoi ne lui avait elle pas dit ce qu'elle ressentait ? Ce ne pouvait être parce qu'elle ne fut en compagnie de Jérémie pour un temps très court qu'il n'avait rien remarqué. Malgré cela, pourquoi n'avait elle pas été honnête avec les sentiments qu'elle ressentait… ?

Un sentiment d'irritation entourait son cœur, et il sentait qu'il allait pleurer. Si il ne se dépêchait pas il risquait de manquer la chance de la retrouver. Si la direction du vent changeait toutes les traces du parfum de Lillie disparaîtraient et être portées ailleurs. Il devait se dépêcher ! Plus il se languissait de Lillie, plus ses traces devenaient brumeuses. L'image souriante qu'elle avait eu de Jérémie était devenue celle de quelqu'un qui ne pouvait supporter d'être seul. « Lillie… Lillie-Charlotte !

Avec l'aide du « Messager des Émotions », le cri perçant de Jérémie a défié la direction du vent et a croisé la distance entre eux avant qu'il n'ai atteint Lillie. Lillie à simplement pensé qu'elle avait entendu quelque chose, et elle a continué à se déplacer convaincue que ce n'était que son imagination.

Lillie aussi devait se dépêcher. Elle allait assez lentement malgré l'avancée du crépuscule. Le soleil couchant avait déjà quitté les grands arbres ancrés dans le coeur de la forêt et les chances pour elle de se perdre étaient de plus en plus grandes.

 

« ! »
Lillie avait senti quelque chose et s'était figée. Elle avait toujours été d'une humeur particulière en ce moment de la journée, même en temps ordinaire. À chaque instant une rencontre pouvait avoir lieu, elle pouvait être attaquée par une bête sauvage assoiffée de sang. A l'instant où ses idées sauvages lui traversaient l'esprit, il était apparu…
« Vous êtes Lillie ? »

Il parlait d'une voix différente de ce qu'elle avait entendu plus tôt. Sans réfléchir elle avait reculé.
« Ne- Êtes vous Lillie-Charlotte ? »

Devant elle se trouvait le propriétaire de la voix, ni homme ni animal sauvage. Il avait des sortes d'ailes et un genre de queue mais ne ressemblait pas aucun animal connu de Lillie. Il était aussi inhabituel aussi qu'elle entende la voix dans son esprit plutôt qu'avec ses oreilles.

Pour l'heure, Lillie était simplement soulagée qu'il n'ai pas de dents ou de griffes, elle lui répondit donc : « Oui, c'est moi. C'est moi mais... »
« Ok. Bien,  ayons quelques réponses. Qu'es ce qui à le plus de valeur ; l'amour ou les rêves ? »
Lillie se senti perdue devant cette étrange question.
« Attendez, qu'êtes vous ? Vous apparaissez brusquement, sans même me dire votre nom… c'est incroyablement impoli ! »

« L'impolie c'est toi. Simplement parce que tu penses que tu va trouver ce que tu cherches ? »
Lillie n'avait aucun souvenir d'avoir cherché cette créature mais elle elle se rendait compte que cette chose essayait de vérifier quelque chose en elle. C'était le devoir de la Fée qui la mènerait au Lac de Réminiscence.

Elle n'avait pas le temps d'argumenter, Lillie répondit à la hâte : « L'amour est un rêve et les rêves sont l'amour. Tous deux sont passagers, comme nos corps et nos esprits, ça n'a aucun sens de n'en choisir qu'un seul. »
Elle le pensait sincèrement...

« Bon alors vous faites des choses sans aucun sens. Avez vous l'intention de vivre seulement avec votre esprit et votre amour ? Qu'en est il de vos rêves ? Et que va t'il arriver à votre corps ? »

Les mots de la Fée la poignardaient dans le cœur.
Elle se rappela avoir été plusieurs fois critiquée pour croire à cela mais sa résolution était ferme. A présent, en chemin elle pensait à tout ça, et quand tout avait commencé à l'inquiéter elle s'était arrêtée, et maintenant ces nouvelles pensées qui pouvaient être aussi la réalité ou une explication à tout ça la tracassaient et chemin faisant, Lillie se répétait tout cela en boucle.

Cette Fée Guide qui avait détourné Lillie de sa quête originelle était partie à la recherche d'un autre. Cet esprit semblait fier de la rapidité avec laquelle il avait localisé la nouvelle personne qui se présentait à lui et s'était vigoureusement rué sur elle.
« Yo, êtes vous Jérémie ? »

Le jeune homme, qui avait reculé de la même façon que Lillie peu de temps avant lui, était bien entendu Jérémie. Il était à l'entrée de la forêt, qui avait pris la couleur rouge du crépuscule.
« Oi, avez-vous entendu quand je vous ai demandé si vous étiez Jérémie Florence de Jarger ?... »

Jérémie n'ouvrit pas la bouche. Non parce qu'il avait peur et qu'il se sentait perdu. Il protestait simplement contre les façons grossières de cette créature, pourtant il tenta de lui répondre avec son cœur. L'esprit inclina la tête en signe d'acquiescement « Ok ». Il pouvait donc lire dans ses pensées. Jérémie ne put dissimuler l'étonnement devant la réussite de son expérience.

L'esprit rit en voyant cela « Folifolle ! » ; il leva alors sa queue et interrogea Jérémie.
« Bien, alors répondez moi. Du bonheur ou de la tristesse, lequel est inutile ? »

Jérémie soupira et regarda vers le ciel qui se teintait de bleu sombre avec les points blanc des étoiles qui apparaissaient.

« Les gens qui ressentent le bonheur sont ceux qui ont connu la tristesse. Les gens qui ressentent la tristesse sont ceux qui ont connu le bonheur. Même dans les moments où vous avez l'espoir et le désespoir, les deux sont essentiels, vous ne pouvez pas comparer les deux. »

A ce moment, comme il avait clairement prononcé ces mots et répondu à la question, l'esprit avait sourcillé sous l'étonnement mais il rit à nouveau de manière sarcastique.

« Hmm, Bien vous semblez avoir besoin des deux, cela signifie donc qu'ils sont précieux pour vous ? »

« … quoi ? »

Il était certain que pour Jérémie, qui était à présent dans un tourbillon de mélancolie, l'obtention de ce bonheur effacerait sa tristesse et lui serait « précieuse ». Avant cela il lui fallait retrouver Lillie, c'était la seule chose importante. Il n'avait jamais pensé à ce genre de choses auparavant, au  vrai « bonheur » et la « tristesse », ni même si il les avait vraiment connus. Concernant la tristesse il en était chargé d'une quantité tolérable mais il doutait que le bonheur puisse s'en nourrir. Une seule fois il avait ressenti ce bonheur qui grandissait dans son cœur et éblouissait son regard.

Jérémie se sentait étouffer, même si il était amer de la nature cynique du destin, l'angoisse et l'impatience qu'il avait ressenti après la disparition de Lillie étaient incomparables. Ses sentiments les plus secrets étaient dirigées vers Lillie. Bonheur et tristesse, sa colère contre lui même – née du regret, la haine même. Tout était relié à cette seule personne, Lillie. Une simple personne, une fille avait poussé Jérémie à réaliser tant de choses...

« Bien, prenez le temps de vous inquiéter sur le chemin à prendre n'est-ce pas ? Il vous reste un peu de temps avant d'atteindre votre but. »

En disant cela, l'esprit s'était retourné et avait étendu ses ailes avant de prendre son envol en direction de la forêt. Lorsque Jérémie regarda de nouveau il lui sembla qu'un autre esprit volait, celui là avait des vêtements et des cheveux de couleur différentes de celui qui lui avait parlé. Il pensa qu'il avait halluciné en voyant l'esprit mais maintenant il en voyait deux et cela semait en lui la confusion.
Voyant ce spectacle bizarre, un sentiment étrange de nostalgie était entré en lui au moment d'entrer dans la forêt. Le parfum de Lillie persistait un peu, grace au vent sans doute mais aussi au « Messager des Émotions » qui avait causé le cri perçant de Jérémie, celui que Lillie avait entendu. Lorsqu'il regarda vers le ciel, le nombre des étoiles avait augmenté depuis qu'il avait parlé à l'esprit, il pouvait bien voir leur lueur vacillante. C'était comme si le scintillement des étoiles le poussait en avant et ainsi Jérémie continua à suivre le chemin sombre.

De son côté, Lillie, qui était sur le même chemin que celui où marchait Jérémie d'un pas pressé, s'était arrêtée.
« … Rien. Le Lac de Réminiscence n'est pas ici ? » Personne ne répondit.

« Bien, je ne sais pas… C'est parce que je suis ici que je dois y croire ? Que diable dois-je faire à présent ? Je se sais pas... »

Comme ses larmes venaient, Lillie sentait sa force la quitter. Sa résolution, tout ce qu'elle avait risqué pour arriver là et les ennuis de cette bataille qui la tourmentait incessamment, tout était devenu vide de sens. Comme les larmes dévastaient son visage, une voix se fit entendre au dessus de sa tête. « Il n'y a pas à être déconcertée. Reprenez vous et vérifiez vos sentiments.»

L'origine exacte de l'histoire du Lac de Réminiscence est inconnue. Quand on dit  « au cœur d'une forêt » c'est imprécis comme emplacement, et ne dit pas si le lac existe vraiment. Il n'existe aucun récit historique attestant de son existence et il n'apparait seulement que dans la transmission orale d'une légende.

Cependant, indépendamment des endroits où il en mentionné, ce lac se retrouve depuis la nuits des temps dans sa beauté invariable et continue à perdurer et à émettre son aura sublime. Sa magnificence était au-delà de l'imagination et aucun mots ne pouvait le décrire avec justesse.

Jérémie avait vaguement entendu des choses à ce sujet. Lillie, elle, depuis son enfance avait rêvé du jour où elle même le visiterait - les fantaisies de Lillie se suivaient les unes les autres.

Le Lac de Réminiscence était protégé par une suite d'arbres imposants qui l'entourait. Il était bordé par une profusion de fleurs qui l'entouraint de leur parfum et symbolisaient sa pureté. Les feuilles vert sombre des arbres s'y reflétaient, et sous la surface miroitante émeraude du lac, l'eau infiniment sereine recelait les mystères de la vie. Le fond du lac se dérobait éternellement à la vue des humains qui avaient l'intention de le regarder.

Il était dit que le lac était un endroit sacré abandonné des dieux, que c'était une ancienne cité antique submergée par les eaux dans laquelle on trouvait un jardin de fleurs éternellement endormi. On racontait cela et pourtant personne ne connaissait la réalité.

Les lumières du soleil et de la lune y brillaient ensemble depuis le ciel, et, bien qu'il n'y ait aucun souffle de vent, on pouvait entendre… une voix, comme une musique...

Cette scène ouvrit réellement les yeux de Lillie. Elle respira et, en elle son esprit respirait aussi.

 

Lillie marchait sur la pointe de pieds et les arbres, les fleurs et la surface du lac étaient en mouvement en même temps. Lillie, vêtue de soie blanche, ressemblait à un ange. Les êtres qui étaient autour du Lac de Réminiscence étaient agités et s'étaient rassemblés pour la saluer. « Bienvenue. Vous êtes venue de loin. »

 

 

 

 

 

La voix qui appelait Lillie semblait appartenir au lac lui-même. « Selon les contes, cet endroit est seulement accessible par certaines personnes, ceux qui ont été choisis. Pourtant, nous ne choisissons pas qui entre, ce sont eux-mêmes qui se décident. Peut être est-ce dû au fait d'avoir une question à poser au lac et que certaines personnes abritent certaines émotions qui deviennent la clé pour entrer et en cela ils sont choisis. Vois-tu, c'est la différence entre ceux qui atteignent cet endroit et ceux qui ne le peuvent pas. »

Comme elle de tenait là immobile, Lillie commença à comprendre.
« Mes sentiments sont la clef  ? »
« Oui, cependant, une autre clef se trouve encore en toi. Tu es venue ici et maintenant tu scrutera le lac »
Lillie fit comme on le lui avait dit et commença à marcher timidement vers le lac. Une colonne de lumière apparut, elle était du même vert émeraude que ses yeux et si éblouissante qu'il lui était impossible de la regarder directement.

« Quel est ce… ? »

En regardant de plus près, elle vit un escalier en spirale qui descendait des bords du lacs au centre du pilier de lumière avant de descendre dans les profondeurs.
« Va maintenant, pour comprendre tes sentiments ! »
Contrairement à l'hésitation qu'elle ressentait, les pieds de Lillie ont été attirés, et son corps tout entier avec et elle se retrouvaient en bas de l'escalier, qui était transparent comme du verre ouvragé. Soudain, derrière elle elle senti le bruit de quelque chose qui s'agitait.

« Oh, il est arrivé après tout ! » Celui qui disait cela n'était autre que l'Esprit Guide. Lillie se retourna et vit la porte du Lac de Réminiscence qui était apparue et qui était déformée comme une image sortie d'un rêve. « Jérémie ! »

En voyant son bien-aimé,  les émotions tourbillonnèrent dans le cœur de Lillie. L'amour, le bonheur, la tristesse et la peur… son cœur battait à se rompre.

Jérémie ne pouvait pas la voir, tout ce qu'il voyait était quelque chose qui ressemblait à un cygne ou peut être était ce une Fée de la blanche fleur de Lys. Non c'était Lillie, elle flottait dans le lac. Quand il réalisa cela, Lillie lui avait déjà tourné le dos et avait commencé à descendre l'escalier. Il s'était précipité très vite. Comme et elle avait senti le martèlement de ses pas elle s'était retournée et crié : « N'approches pas ! Vas t'en ! Si je vois ton visage maintenant je serai… je serai... »

Jérémie n'écouta pas ses mots. Il ne s'est pas inquiété non plus de la fragilité apparente de l'escalier. Si il ne pouvait pas la tenir dans ses bras, alors il la poursuivrait. D'une manière ou d'une autre il parviendrait à l'atteindre et cette envie forte le conduisit à elle. « Attends Lillie !  J'ai besoin de toi ! S'il te plais, donne moi une chance… juste une... »

A ce moment, Jérémie toucha Lillie avec le bout de ses doigts.

« Ne t'approches pas de moi ! »
Lillie, sourde au cris de Jérémie avait basculé en avant et avait perdu son appui sur l'escalier. Elle perdit sans doute conscience sous le choc et son corps avait lentement coulé tout droit au fond du lac. Sa robe en soie avait glissé, dévoilant son épaule nue et une grande cicatrice. Ses longs cheveux s'étendaient derrière elle comme la queue d'une comète. Comme Lillie était libre et tombait au ralenti Jérémie lâcha l'escalier.

Jérémie fut le premier à se réveiller. Ils se trouvaient tous les deux silencieusement au fond du lac. Il se releva à moitié et observa autour de lui. Sur un côté, il avait une profusion de fleurs d'une myriade de couleurs. Lillie, inconsciente, était couchée dans les fleurs ; elle semblait comme endormie ou qu'elle ne respirait plus. Lentement, Jérémie s'était approché d'elle et avait approché son oreille et il avait entendit le son doux et rassurant des battements de son cœur. « ...Dieu merci... »

Il avait soupiré de soulagement et, après avoir regardé longuement son visage il approcha sa main des cheveux de Lillie. Sous cette douce caresse, Lillie ouvrit les yeux.

« Je suis désolé. Je... » Il avait scellé les lèvre roses pâles de Lillie avec son doigt. « Ce n'est pas à toi de faire des excuses. Plus rien ne dois être dit, regarde juste dans mes yeux... »

C'était peut être la première fois que ces deux là se regardaient l'un l'autre avec autant de chaleur. Jérémie senti que c'était peut être là le vrai bonheur. Lillie le pensait aussi, c'était ce qu'elle avait souhaité.

Le temps s'était oublié dans cet échange passionné. Les mains jointes, les doigts enlacés et enveloppés l'un dans l'autre, dans le ciel lointain la lune avait préparé son départ…

En un instant, Lillie cacha son épaule. La force avec laquelle Jérémie l'avait touchée avait causé la blessure dans son dos. Jérémie avait sur le visage une expression inquiète et avait desserré son étreinte autour d'elle. Lillie avait tourné la tête légèrement de côté et avait murmuré d'une voix fluette "Je pense que je t'aimais trop. C'est pourquoi je m'enfuyais. De toi, du destin, de cette cicatrice…"

Jérémie voulait dire à Lillie, qui semblait avoir le cœur brisé, qu'elle n'avait plus besoin de fuir. "À présent je t'aime trop, est-ce un crime ?" Lillie sourit, un sourire si faible qu'il a semblé disparaître. "Je ne sais pas. Pourtant c'est une chose très triste pour moi"

Jérémie vit qu'elle tremblait. Déconcerté, il posa sa main sur son épaule. "... tu vois ? Je savais que ça finirait comme ça. C'est pour ça que je ne voulais pas que tu viennes." D'une certaine façon, il lui semblait que Lillie s'effaçait à son contact. "Finirait comme ça ? Que... qu'est ce qui t'arrives ?"

Un vent qui n'aurait pas dû exister souffla à travers le jardin fleuri jusqu'au fond du lac. Il portait une légère mélodie cadencée, et de quelque part on pouvait entendre le chant de la peine qui sonnait.

" Je suis désolée. Dans très peu de temps nous devrons nous dire au revoir pour toujours. C'est le moment, pour de bon."

Le mots de Lillie avaient mis en évidence l'idée d'une séparation éternelle et un réel chagrin traversa son corps à toute vitesse, comme un éclair dévastateur.

"Tu mens. C'est un mensonge ! Tu es ici dans mes bras. Pourquoi dis-tu que tu va partir ? Est ce que quelqu'un va nous séparer ? Cet au-revoir... c'est un mensonge !" Il avait crié et son emprise sur Lillie devenait plus forte. Lillie sourit simplement. Pleine d'amour, comme une mère à son enfant, comme la toute puissante mère du Christ, elle souriait à Jérémie.

"Si ceci est le destin, je ne pardonnerai jamais à celui qui l'a décidé." murmura t'il et des larmes coulèrent des yeux de Jérémie. Lillie parla doucement en essuyant ses larmes du bout de ses doigts minces. " Eh bien, si je suis sincèrement reconnaissante pour ceci ? Pour ce destin... ce destin qui t'a permis d'être ici... ?"

Il avait soulevé Lillie dans ses bras. Elle était plus légère qu'on aurait pu l'imaginer. "Nous n'avons jamais regardé les étoiles ensemble n'est-ce pas ?" Ses mots doux semblaient résonner tout autour, comme si ils tourbillonnaient comme dans le cœur de Jérémie.

Quand Lillie voulut regarder les étoiles, la couleur sombre du ciel s'effaçait, déjà les pierres précieuses du ciel devenaient de fades petits points blancs. Lillie avait encore un souhait non réalisé. En visitant le lac de Réminiscence elle avait voulu enfermer son amour pour Jérémie dans son coeur ans cet état et s'installer dans un sommeil éternel.

Pourtant, ce souhait la priverai de ses retrouvailles avec Jérémie. Lillie était tellement liée à ses émotions et à lui qu'elle avait provoqué un souhait encore plus grand. Tandis qu'ils étaient réunis dans le Lac de Réminiscence ils avaient engagé leur amour éternel. En fin de compte leur séparation ne serait que passagère. "La séparation éternelle" n'était plus qu'une partie de leur destin. Ils ne souffraient plus non plus de la tristesse.

Jérémie se souvenait du premier et dernier baiser qu'ils avaient échangé. Cette saveur cruellement douce restait à présent avec la chaleur des lèvres de Lillie sur ses lèvres. En embrassant Lillie, dont les yeux étaient à nouveau fermés, Jérémie laissa derrière lui le fond du lac. Comme les deux remontaient, d'innombrables pétales tourbillonnaient en les encerclants. Baignés dans  la lumière du jour naissant, les pétales montaient au ciel et brillaient comme des étoiles.

Jérémie pouvait sentir sa conscience qui s'effaçait progressivement il perdait toute sensation dans les bras et il ne distinguait plus ou son corps commençait et où Lillie finissait. Cette sensation imprécise était un sentiment agréable dans son esprit. Lillie était elle dans ses bras, regardant les étoiles de pétales et était elle heureuse ? Rien ne pouvait lui répondre. Les esprits du Lac de Réminiscence étaient restés inchangés, comme ils l'étaient avant qu'ils l'aient visité.

Cependant, le Lac de Réminiscence lui même les observait. L'Esprit Guide, le Messager des Émotions, la Voix chantante, ils ont tous regardé et sourit. Ils observaient dans les cieux colorés par la lumière du jour nouveau, deux oiseaux aux couleurs pastels qui déployaient leurs ailes et s'envolaient.

Crépuscule

...incapable de détourner les yeux de ta forme complètement changée, dans cette pièce au confins de la lumière je peux faiblement voir le bouts de nos doigts se toucher.
À la fin, toi, qui se disperse rapidement, ignore moi seulement... Je ne peux rien dire, même si les larmes qui ont coulées ont séchées, je te tiens juste contre moi avant que ces larmes ne coulent de tes joues, je te serre contre moi et te donne un baiser.... Maintenant, je ne peux rien faire mais seulement y penser. Je te serre jusqu’à te blesser et te donne un baiser.
En regardant ton sourire avec les yeux embrumés de larmes je t’attrape toi qui est blessée... Ce temps commun est évanoui, calme quand je suis comme ça avec toi... Avant que ces larmes ne coulent de tes joues, je te serre contre moi et te donne un baiser. 
Maintenant, je ne peux rien faire mais seulement y penser, donc je tiens fermement la douleur et lui donne un baiser. Même les larmes débordant à la fin de tristesse chevauchant tes lèvres.
Dans le lointain j’entend la voix de l’écho qui s’évanouit péniblement... Finalement, tout disparaîtra avec la nuit...

 

Au vu de la suite de l'histoire il est bon de voir l'histoire de Lillie Charlotte telle qu'elle est racontée ci-dessus comme une métaphore. Le lac de Reminiscence est une sorte de lieu magique qui symbolise les sentiments de Lillie, sa peine et son amour, son coeur. Lillie aime un homme qui semble ne pas l'aimer et ne pas la voir et elle se laisse dépérir, elle veut disparaître car il ne la voit pas et son existence n'a pas de sens sans lui.
Elle se laisse mourir, son corps est au bout. C'est à ce moment là que Jérémie se rend compte de son amour pour elle, il sens qu'il va la perdre et il ouvre les yeux, il s'éveille. Il rentre dans le lac et il entre dans son coeur...

Il est intéressant de noter que Lillie rentre dans un lac pour disparaître, de l'eau et un lys... ces mots, water et lilly en anglais, forment associés waterlilly, le nénuphar. J'extrapole beaucoup dans mon interprétation mais le nénuphar et l'histoire d'amour m'évoquent fortement "L'écume des jours" de Boris Vian, histoire d'amour tragique ou Colin aime Chloé qui est malade car un nénuphar lui pousse dans la poitrine et qui en meurs, Colin lui est inconsolable. 
Le parallèle entre ces deux histoires est intéressant. Le livre est traduit en japonais, il a été adapté en 2000 au Japon... de là à y voir un lien véritable nous n'en savons rien mais l'idée serait bien belle qu'il y ai même une inspiration lointaine...

L'histoire ne s'arrête pas là er continue dans le chapitre suivant, cliquer sur l'image ci-dessous pour y accéder :